La Vie Charentaise 15 janvier 2015 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

20 000 marcheurs à Angoulême : la ville de la BD était Charlie, le 11 janvier

Plus de 20 000 marcheurs à Angoulême, 11 000 à Cognac, 3 000 à Barbezieux, 1 300 à Chasseneuil-sur-Bonnieure, etc., qui s’ajoutent aux 1 200 et aux 500 personnes qui avaient défilé la veille à Confolens et à Jarnac, les chiffres de la marche républicaine, organisée dimanche 11 janvier en Charente, donnent le tournis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A Angoulême, une marée humaine (19 000 personnes selon la police, jusqu’à 25 000 selon les organisateurs de la Maison des peuples et de la paix) descend du « plateau » vers le parvis Magelis.
A Angoulême, une marée humaine (19 000 personnes selon la police, jusqu’à 25 000 selon les organisateurs de la Maison des peuples et de la paix) descend du « plateau » vers le parvis Magelis. - © Armelle Baillon-Dubourg

Ils sont à l’image de la mobilisation qui s’est emparée de tout le pays, avec plus de 3,7 millions de Français manifestant dans les rues. Un tiers se sont retrouvés à Paris, « capitale du monde », selon l’expression du président de la République, François Hollande, qui a défilé, entouré par une cinquantaine de dirigeants d’Etats étrangers.

Tous les regards braqués sur les kakemono affichés sur le fronton de l’hôtel de ville d’Angoulême, au départ de la marche républicaine.
Tous les regards braqués sur les kakemono affichés sur le fronton de l’hôtel de ville d’Angoulême, au départ de la marche républicaine. - © Armelle Baillon-Dubourg

Mais quel que soit le lieu, le même recueillement, les mêmes salves régulières d’applaudissement, les mêmes slogans, assortis de crayons ou d’affiches fièrement brandis pour dire non à la barbarie.

A Angoulême, le lieu de départ du rassemblement avait été fixé depuis le parvis de l’hôtel de ville, mais c’est surtout son fronton qui a attiré les regards. La mairie était en effet parée de deux kakemono : l’un à l’effigie de Fauve, le chat-mascotte du dessinateur Lewis Tronheim brandissant sa pancarte « Je suis Charlie » ; l’autre affichant les noms des douze premières victimes des attentats (celles de Charlie Hebdo, auxquelles s’ajoutent les cinq victimes tombées à Châtillon puis Porte de Vincennes).

Dimanche 11 janvier, le long cortège s’est ébranlé à partir de 15 heures pour se diriger très lentement vers le musée de la BD, où une grande fresque attendait les dessinateurs en herbe.

La "Une" du dernier Charlie Hebdo diffusé depuis mercredi 14 janvier 2015 à 5 millions d’exemplaires dans toute la France (contre 60 000 habituellement). En Charente, les 170 diffuseurs devaient en recevoir le 14 janvier entre 3000 à 3500 exemplaires, soit cinq fois moins que la demande ! D'où la course pour l'acheter !
La "Une" du dernier Charlie Hebdo diffusé depuis mercredi 14 janvier 2015 à 5 millions d’exemplaires dans toute la France (contre 60 000 habituellement). En Charente, les 170 diffuseurs devaient en recevoir le 14 janvier entre 3000 à 3500 exemplaires, soit cinq fois moins que la demande ! D'où la course pour l'acheter ! - © Charlie Hebdo / Luz

Angoulême, ville de la BD, aura encore l’occasion de rendre hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo lors du prochain festival de la bande dessinée, qui s’ouvre à la fin du mois (du 29 janvier au 1er février).

Franck Bondoux, délégué général du festival, annonce déjà la création d’un prix Charlie de la liberté d’expression. Entre autres...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui