La Vie Charentaise 11 janvier 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Faire face à la réduction des moyens

Les dirigeants de la MSA des Charentes préviennent que les moyens alloués à la protection sociale vont continuer de baisser avec une réduction d’effectifs de 12 % dans les 5 ans à venir. Les travaux du nouveau siège à l’Isle-d’Espagnac vont débuter. La livraison est prévue en août 2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Couillaud, le président de la MSA des Charentes, et derrière lui, Edgard Cloërec, le directeur général.
Patrick Couillaud, le président de la MSA des Charentes, et derrière lui, Edgard Cloërec, le directeur général. - © A.M

«Je sais combien il est difficile de faire aussi bien avec des moyens sans cesse en réduction et il nous appartiendra, dans les semaines qui viennent, face aux échéances électorales de 2017, de continuer d’interpeller celles et ceux qui auront à décider du devenir de la protection sociale », a dit Patrick Couillaud, le président de la MSA des Charentes, lors des voeux du personnel le 10 janvier au restaurant d’entreprise à Angoulême. La Convention d’objectifs et de gestion (COG) 2016-2020 a été signée avec une réduction des moyens humains et financiers. Et le refus du conseil d’administration de la MSA des Charentes de signer le CPG n’y changera rien a prévenu le président. En effet, le directeur, Edgard Cloërec, a déjà annoncé que la réduction d’effectifs pour la MSA des Charentes serait de 12 % sur 5 ans, soit 10 emplois en moins par an ! « On aura 50 personnes en moins en 2020 », a lancé le directeur… ce qui a fait réagir le personnel dans la salle.

Lancement des travaux du nouveau siège

En attendant, Edgard Cloërec a fait le point sur les politiques mises en œuvre et les projets à venir. La politique d’accueil sur rendez-vous semble porter ses fruits. Plus de 5 600 rendez-vous et près de 300 « rendez-vous Prestations » ont été assurés. Concernant le bilan de la COG 2011-2015, la MSA des Charentes se classe 10e sur 35.À propos de l’accompagnement des agriculteurs touchés par la crise, le directeur a donné quelques chiffres : 700 000 € de prise en charge de cotisations en 2016, alors qu’un peu plus d’un tiers d’entre eux a sollicité le dispositif option N-1. « Ce qui est insuffisant ! », a concédé Edgard Cloërec. La réorganisation de services va se poursuivre avec la dernière étape de la spécialisation des métiers pour le service retraite à Angoulême et le recouvrement et le contentieux à Saintes. 2017 va voir aussi le lancement des opérations de mutualisation. À défaut de fusion de caisses, 30 % des activités devront être mutualisées. « Nous avons décidé, avec nos collègues de la MSA Sèvres-Vienne, d’assurer l’activité retraite des deux caisses, avec, en contrepartie, le transfert de la gestion des cotisations exploitants et des AT/MP à la MSA Sèvres-Vienne », a dit le directeur, dont l’objectif est de réussir l’opération pour septembre 2018. Enfin, les travaux du nouveau bâtiment à l’Isle-d’Espagnac, près de l’Espace Carat, sont sur le point de débuter pour une livraison prévue le 5 août 2018. Les deux tiers des entreprises choisies pour réaliser les travaux sont charentaises.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui