La Vie Charentaise 21 septembre 2017 à 08h00 | Par A.M.

Implantation directe de courges sous couvert végétal

L’ACPEL a mis en place un essai d'implantation directe d'une culture de courges sans travail du sol dans un couvert végétal chez Pierre-Henri Piron, maraîcher bio à Mouthiers-sur-Boëme. La restitution a eu lieu le 11 septembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un essai d'implantation directe de courges sous couvert végétal sans travail du sol a été présenté le 11 septembre à Mouthiers-sur-Boëme.
Un essai d'implantation directe de courges sous couvert végétal sans travail du sol a été présenté le 11 septembre à Mouthiers-sur-Boëme. - © Réussir - Vincent Marmuse

L’implantation directe d’une culture de cour­ges sans travail du sol dans un couvert roulé a été le sujet de restitution le 11 septembre sur une parcelle d’environ 2 000 m2 (utilisée auparavant pour faire pousser de la pomme de terre) à la ferme du Roi, chez Pierre-Henri Piron, maraîcher bio à Mouthiers-sur-Boëme.

L’ACPEL, Association Charentes-Poitou d’expérimentation légumière, a décidé de lancer de nouveaux essais suite à des suggestions de producteurs. Deux exploitants ont décidé de participer au test, Pierre-Henri Piron en Charente, et le Gaec Légumes and co dans le nord des Deux-Sèvres, à Combrand.

« On cherche à s’affranchir du désherbage, à avoir toujours une culture implantée, et à limiter l’utilisation d’outils mécaniques », a expliqué Samuel Ménard, technicien de l’ACPEL.

Face à la disposition spécifique de sa ferme (peu de bâtiments et de matériel) et le manque de fumier à disposition à cause de la disparition d’éleveurs à proximité, Pierre-Henri Piron cherche une solution à la problématique de la fertilisation. « Ne pas travailler le sol est le plus simple. On a choisi de tester la courge car ce n’est pas très compliqué à mettre en place pour nous et qu’il n’ y a pas trop de risques, on arrive toujours à l’écouler. »

Un essai sur 3 ans

Le couvert a été implanté à l’automne 2016. Il s’agit d’un mélange de seigle (en majorité), de vesce, de féverole et de féverole fermière. Le couvert a été roulé en mai avec un rouleau Faca auto-construit avec l’aide de l’Atelier paysan, association d’aide à la fabrication et à l’adaptation d’outil.

L’essai a nécessité 37 tonnes par hectares de matières fraîches et 8,9 t/ha de matière sèche. Huit variétés de courges ont...

...Retrouvez notre article en page 6 de La Vie Charentaise du 21 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui