La Vie Charentaise 11 octobre 2018 à 10h00 | Par Patrice Fouché (FNSEA 16)

LA FNSEA 16 reçue par la préfète

Une délégation de la FNSEA 16 a été reçue par Marie Lajus, préfète de la Charente. Au programme des discussions : sécheresse, le retard des paiements des aides bio et MAE, le projet de suppression de l’exonération de cotisations pour les travailleurs occasionnels et la fracture numérique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation de la FNSEA 16, avec, de gauche à droite : Jean-Bernard Sallat, Patrick Soury, Christian Daniau et Jean-Luc Lassoudière qui a été reçue par la Préfète. Elle était accompagnée de Bénédicte Genin, directrice de la DDT et de Stéphane Nuq, responsable du service agricole.
La délégation de la FNSEA 16, avec, de gauche à droite : Jean-Bernard Sallat, Patrick Soury, Christian Daniau et Jean-Luc Lassoudière qui a été reçue par la Préfète. Elle était accompagnée de Bénédicte Genin, directrice de la DDT et de Stéphane Nuq, responsable du service agricole. - © Patrice Fouché (FNSEA 16)

Ce mardi 9 octobre, une délégation de la FNSEA 16 a été reçue par Marie Lajus, la nouvelle préfète de la Charente, arrivée sur le département fin août. L’entretien a duré près de deux heures. Patrick Soury, qui conduisait la délégation composée de Christian Daniau pour les grandes cultures, Jean-Bernard Sallat pour l’élevage et Jean-Luc Lassoudière pour la viticulture, revient sur cette rencontre.

Dans quel cadre s’inscrivait cette rencontre ?
Patrick Soury, président de la FNSEA 16 : Si nous avons été reçus, je tiens à préciser que c’est à notre demande. Fin septembre, j’ai sollicité la préfète pour deux raisons.
La première, tout simplement pour une traditionnelle
prise de contact. Classique lorsqu’un nouveau représentant de l’État prend ses fonctions. C’est important pour nous, syndicalistes, que nous puissions nous présenter, échanger et écouter les premières positions de la nouvelle préfète.
La deuxième raison fait suite à la réponse que nous avons reçue mi-septembre, après plusieurs revendications sur le dossier sécheresse. Des réponses qui, je dois dire, ne sont pas satisfaisantes au vu de la forte sécheresse en cours.

Lire la suite de l'interview dans La Vie Charentaise de ce jeudi 11 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui