La Vie Charentaise 30 novembre 2017 à 08h00 | Par E.B.

Le renouvellement des générations, un enjeu en élevage caprin

Le syndicat caprin de la Charente, devenu l’association des Chevriers de la Charente, a pour principal cheval de bataille le renouvellement des générations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 28 novembre, l’assemblée générale du syndicat caprin de la Charente a mobilisé de nombreux éleveurs et professionnels de la filière.
Le 28 novembre, l’assemblée générale du syndicat caprin de la Charente a mobilisé de nombreux éleveurs et professionnels de la filière. - © Estelle Bescond

« Je suis heureux de recevoir une classe de terminale de la MFR de La Péruse car ces jeunes, c’est l’avenir. Et il y a un avenir à faire du lait de chèvre ! », a déclaré Jean-Pierre Monthubert, président du syndicat caprin de la Charente devenu l’association des Chevriers de la Charente*, lors de l’assemblée générale le 28 novembre à La Chèvrerie.

L’installation de jeunes est au cœur des préoccupations du syndicat et de la filière caprine en général. La pyramide des âges est vieillissante et « très peu de jeunes s’installent, note David Tireau éleveur membre du syndicat des Jeunes agriculteurs de Charente. Il y a des reprises d’exploitation mais on espère voir un redémarrage des installations pures. La dynamique actuelle ne suffira pas à compenser le nombre de départs à la retraite qu’il y aura dans cinq ou six ans. On aura encore des éleveurs en moins. »

Pourtant, après avoir connu une crise conséquente en 2012, la filière caprine redresse la tête. « La consommation progresse un peu tous les ans et les laiteries nous font savoir qu’elles ont besoin de lait », affirme le président des Chevriers de la Charente. À cela s’ajoute une stabilisation du prix du lait de chèvre en 2017 et « une adéquation des charges d’élevage avec le prix payé du lait aux éleveurs », selon une note de la Fédération régionale des Chevriers Nouvelle-Aquitaine et Vendée.

Malgré cela, la filière peine à séduire : le coût de l’installation élevé, la charge de travail, la difficulté à se faire remplacer mais aussi la fragilité de la situation peuvent être des freins pour les jeunes. Dans son compte rendu d’activité intermédiaire, la fédération régionale estime...


*Seuls les statuts et le nom changent pour des raisons administratives mais les missions restent les mêmes. Au niveau régional, avec la création de la grande région Nouvelle-Aquitaine, la Fresyca a disparu au profit de la constitution des Chevriers Nouvelle-Aquitaine et Vendée.

...Retrouvez notre article complet dans La Vie Charentaise du 30 novembre en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui