La Vie Charentaise 18 mai 2017 à 08h00 | Par E.B.

Les entreprises réduisent leurs déchets

Seize entreprises participent à l’action collective « Pacte -10 % de déchets » lancée par la chambre de Commerce et d'Industrie, l’Ademe, Calitom et le Pôle éco-industries.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les seize entreprises engagées dans le Pacte -10 % de déchets ont 10 mois pour mettre en œuvre leurs plans d’actions.
Les seize entreprises engagées dans le Pacte -10 % de déchets ont 10 mois pour mettre en œuvre leurs plans d’actions. - © CCI

Le top départ est donné. Le 15 mai, les seize entreprises engagées dans le « Pacte -10 % de déchets » ont officiellement démarré leur action pour diminuer, réemployer et recycler leurs déchets.

Lancée en mai 2016 par la chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), l’Ademe, le Pôle éco-industries et Calitom, cette opération offre un accompagnement individuel et collectif pour aider les entreprises dans cette démarche globale.

« Il y a un an, nous avons organisé cinq petits déjeuners de présentation dans le territoire. Une vingtaine d’entreprises s’est portée volontaire pour tenter l’aventure », rappelle Jean-Marc Jugain, conseiller entreprise à la CCI. Après un an de mise en place, de pré-diagnostics et d’ateliers, les seize entreprises sont à présent prêtes à appliquer leurs plans d’actions respectifs.

Pour certaines, habituées à traiter les sous-produits, comme les abattoirs Lafaye (Palluaud) et le traiteur Lapierre Ody (Dignac), il s’agira de travailler sur les déchets non recyclables, dits « sacs noirs ». Pour Bâcle pierre et granit (Barbezieux-Saint-Hilaire), Bricq (Montbron), CITF (Saint-Cybardeaux) ou encore SNG TP (Asnières-sur-Nouere), l’objectif est de revaloriser des boues, des chutes de fibres, des câbles électriques ou des huiles usagées.

Le centre multi-accueil Câlin Malin (à Val-des-Vignes), s’intéressera à la baisse des déchets alimentaires et à la promotion des couches lavables. Le fabricant de machines à vendanger, Grégoire (Cognac), cherchera à réutiliser ses palettes en bois et le fabricant de placages en bois, Eb&ne Veneers (Le Tatre), centrera sa démarche sur la valorisation du bois souillé (additifs, colle).

Autant de projets qui pourraient mener ces entreprises à se tourner pleinement vers l’économie circulaire. Il leur reste dix mois pour remplir leur pacte matérialisé par une charte remise le 15 mai au siège de la CCI.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui