La Vie Charentaise 05 octobre 2017 à 08h00 | Par A.M.

« Mouillons-nous pour l’eau » : des pratiques pour améliorer la qualité de l’eau

La journée organisée par la chambre d’Agriculture de la Charente et ses partenaires à l’Oisellerie le 29 septembre a montré un ensemble de pratiques utilisables par les agriculteurs, comme l’herbi-semis ou le désherbage thermique, afin de réduire les intrants et favoriser une meilleure qualité de l’eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Mouquot, de la chambre d’Agriculture de la Gironde, a présenté l’herbi-semis qui permet d’économiser au moins 50 % d’herbicide.
Philippe Mouquot, de la chambre d’Agriculture de la Gironde, a présenté l’herbi-semis qui permet d’économiser au moins 50 % d’herbicide. - © Alexandre Merlingeas

Avec cette journée initulée « Mouillons-nous pour l’eau » et ses six ateliers déployés sur le site de l’Oisellerie à La Couronne, la chambre d’Agriculture a voulu innover pour essayer de diffuser auprès des agriculteurs des pratiques plus ou moins nouvelles, réduire l’utilisation des intrants et ainsi participer à une meilleure qualité de l’eau.

Parmi les techniques qui ont attiré l’attention, il y a l'herbi-semis, un atelier présenté par Philippe Mouquot de la chambre d’Agriculture de la Gironde. Il s’agit d’un procédé de désherbage chimique localisé qui consiste à réduire la surface traitée d’au moins 50 % avec les produits de pré-levée en localisant l’herbicide sur le rang.

L’herbi-semis s’accompagne soit du non-travail de l’inter-rang, en la combinant à d’autres innovations comme le strip-till, soit d’un désherbage mécanique de l’inter-rang. « Cette technique nécessite environ 1 000 € d’investissement pour le dispositif qu’on adapte au semoir avec 40 % d’aides, a expliqué Philippe Mouquot. Le poste herbicide représente 40 €/ha. En diminuant les doses de moitié, on récupère 20 €/ha. Pour 100 ha de maïs, l’économie s’élève à 2000 €. »

Dans l’atelier, « Brûlons nos idées reçues sur les méthodes de désherbage alternatives », Nicolas Figeac, de la FD Cuma, et Frank Olivier ont parlé désherbage mécanique et thermique.

L’agriculteur a commencé a adopté le désherbage thermique il y a...

...Lire notre article dans La Vie Charentaise du 5 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui