La Vie Charentaise 31 août 2017 à 08h00 | Par E.B.

Un « Petit paysan » au cinéma

Pour son premier long-métrage, Hubert Charuel se plonge avec brio dans la réalité d’un éleveur laitier. Valois de diamant à Angoulême, « Petit paysan » mêle réalisme et fantastique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le réalisateur Hubert Charuel (à g.) avec son acteur principal Swann Arlaud.
Le réalisateur Hubert Charuel (à g.) avec son acteur principal Swann Arlaud. - © Estelle Bescond

« Petit paysan » sort grand vainqueur du Festival du film francophone d’Angoulême (FFA). Avec trois Valois – meilleur film, meilleur acteur pour Swann Arlaud et meilleure musique pour Myd – le premier long-métrage d’Hubert Charuel, fils d’éleveurs laitiers de Haute-Marne, a conquis le jury présidé par John Malkovitch et le public angoumoisin.

Il y a quelque mois, il avait déjà charmé la profession puisqu’il était sélectionné à la Semaine de la critique à Cannes.« Jusqu’ici tout va bien. On verra la suite mais c’est déjà énorme. Ce sont des choses inespérées et qui donnent confiance en ce que l’on fait et pour la suite », témoigne le réalisateur avant de savoir qu’il sera autant récompensé au FFA.

« Petit paysan », c’est avant tout une histoire de famille. « C’est un peu la vie que j’aurais dû avoir. Ce film, c’était une façon de reprendre la ferme à ma manière. »

Dans ce film, le personnage principal, Pierre, sera prêt à tout pour sauver d’un virus son troupeau de trente vaches. « Les éleveurs sont des gens qui passent leur temps à donner la vie à des animaux. Cet aspect-là m’intéressait beaucoup et ça me paraissait important de le montrer à l’écran à travers la naissance d’un veau. Ces animaux font partie de la famille. »

Diplômé de la Fémis en production en 2011, le réalisateur de 32 ans a donc repris la ferme de ses parents le temps du tournage entre août et octobre 2016. « À la base, je ne pensais pas que l’on tournerait dans cette ferme-là. Quand nous avons eu fini d’écrire le scénario au bout de trois ans, la ferme n’était plus en activité. Et là, d’un coup, avec la co-scénariste Claude Le Pape, on s’est dit que toutes les séquences que l’on avait écrites, on l’avait fait en pensant à ce lieu qui avait un cachet particulier. »

Des parents sur tous les fronts

Et sa famille est bel et bien présente. Dans le film, le grand-père et les parents font une apparition, et le cousin, Valentin, joue le meilleur ami de Pierre.

« Mes parents ont été une énorme aide sur le film à tous les niveaux. Sollicité par l’équipe, mon père prenait son tracteur pour résoudre des problèmes de décor, de régie. Ma mère a prêté ses classeurs et tout son matériel aux équipes déco et accessoires. Pour le troupeau, il y avait des dresseurs animaliers et des vétérinaires. Un truc tout bête, les dresseurs ne travaillent pas le week-end et les bêtes, il faut s’en occuper tous les jours, donc mes parents, avec une stagiaire, venaient traire les vaches. Ils ont aidé à tous les postes et étaient sur tous les fronts. »

En amont du tournage, Sara Giraudeau, qui joue la sœur vétérinaire de Pierre, a été formée par un vétérinaire et, dans le film, fait elle-même l’échographie d’une vache.

Quant à Swann Arlaud, il a passé plusieurs jours en stage auprès de la mère du réalisateur, Sylvaine première au classement laitier du département pendant des années, qui l’a coaché pour la traite.

« Lors du casting, Swann a été le seul à demander à faire des stages. Il a tout de suite compris que, pour interpréter ce rôle, ça passait par la crédibilité des gestes et l’attitude avec le troupeau. C’était vraiment important : ne pas juste se documenter mais vivre avec nous, ensemble. »

Et l’accueil a été des plus chaleureux. « La première fois, il y a toujours ce rapport de timidité. Mais...

...Retrouvez notre article et l'interview du réalisateur et de l'acteur principal de "Petit paysan" en page 24 de l'édition du 31 août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui