La Vie Charentaise 12 décembre 2014 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Fusion Charentes Alliance-Coréa pour entrer dans le Top 10 des coopératives

Le projet de rapprochement entre les coopératives Charentes Alliance et Coréa Poitou-Charentes devrait être effectif fin 2015. Il a été présenté en assemblée générale, le 4 décembre à Civray par Coréa, puis le 10 décembre à Cognac par Charentes Alliance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président de Charentes Alliance, Bruno Foucher (à droite) et son directeur, Thierry Lafaye.
Le président de Charentes Alliance, Bruno Foucher (à droite) et son directeur, Thierry Lafaye. - © Fabienne Lebon


Flash-back. Fin 2003, Bruno Foucher, alors président de la Coopérative agricole de la Charente et président de l’union Soléo* (une dénomination qui resurgira, comme par hasard, avec la création de Soléo Développement en 2014…), découvre que les coopératives partenaires dans cette structure (Capsud et Civray/Chives) décident de fusionner… sans la CAC. Le coup est rude - et la colère froide ! - pour Bruno Foucher et son directeur d’alors, Daniel Guillon. Il met un terme à la fameuse union Soléo*, créée le 5 avril 2002, qui avait - déjà ! - pour objectif de constituer un pôle économique d'envergure régionale.


Dans ces conditions, inutile de préciser que le lundi 8 décembre 2014 (deux jours avant l’assemblée générale à Cognac), Bruno Foucher avait, au coin de la bouche, ce petit sourire caractéristique de celui qui savoure le moment présent : celui d’annoncer la fusion, d’ici un an, de Charentes Alliance avec sa consœur de la Vienne et des Deux-Sèvres, Coréa (N.D.L.R. : Civray-Capsud a adopté ce nom en 2008, après avoir absorbé une troisième coop, celle d’Usson-du-Poitou). Pas de triomphalisme dans les mots de Bruno Foucher, ce serait mal connaître le personnage. Sobrement, il commente : « Cela montre qu’on avait raison dans notre analyse, depuis le départ… il y a plus de dix ans ».Avec Coréa, présidée par un Charentais, le céréalier de Verteuil-sur-Charente Philippe Delusset, les discussions auraient « repris » il y a deux ans. « Ce projet de rapprochement est basé sur une analyse lucide de notre environnement agricole. Dans l’absolu, ni Charentes Alliance, ni Coréa n’ont d’urgence à fusionner. Les deux coop, de taille et de fonctionnement similaire, sont solides. Mais fusionner, c’est anticiper ».



Une carte de visite qui donne le vertige


Dans les faits, la nouvelle coopérative, qui n’a pas encore de nom ni de siège social, afficherait sur sa carte de visite : 700 millions d’euros de chiffre d’affaires, 1,8 million de tonnes pour la collecte dans 200 sites, 180 millions d’euros de fonds propres, 900 salariés… Sans que cette fusion n’entraîne de « coût social » pour les employés des deux structures au moment de la fusion, ont annoncé les responsables de Charentes Alliance.Le calendrier de mise en route de cette fusion est déjà calé : il sera soumis au vote des deux conseils d’administration (33 administrateurs pour Charentes Alliance contre 23 pour Coréa) à la fin janvier, avant des rencontres régulières « pour construire le projet avec tous les acteurs concernés ». Les adhérents seront consultés au mois de juin lors de réunions régionales sur le terrain. Le projet définitif sera présenté aux assemblées de section en novembre 2015 puis voté un mois plus tard en assemblées générales, sous la forme d’un projet de fusion-absorption… sans que les responsables des deux coopératives ne veuillent révéler encore qui absorbe qui.


* Feu l’union Soléo avait pour objectif de favoriser des synergies entre les trois partenaires de l’époque (CAC, Capsud et Civray/Chives) sur de nombreux registres : valorisation de la collecte, approvisionnement, politiques qualité et traçabilité, démarches environnementales, investissements et services spécialisés.

A gauche, Philippe Delusset, président de Coréa, et Bernard François, directeur, lors de l’assemblée générale, le 4 décembre 2014 à Civray.
A gauche, Philippe Delusset, président de Coréa, et Bernard François, directeur, lors de l’assemblée générale, le 4 décembre 2014 à Civray. - © La Vienne Rurale

La carte de visite des deux coopératives (exercice 2013-2014)

Charentes Alliance :

- 5000 adhérents en Charente, Charente-Maritime et Dordogne, dont 1000 éleveurs

- 200 implantations régionales

- 624 salariés

- Résultat du groupe coopératif (avec filiales : Unicognac en vins et spiritueux, Sphère Production pour le pop corn, Charentes Logistique pour le transport, Jardineries Monplaisir et Charente Coop jardin) : 443 millions d’euros de chiffre d’affaires pour un résultat net de 6,4 millions d’euros

- Résultat de la coopérative : 392 millions d’euros avec un résultat net de 6,2 milllions d’euros

- 887 000 tonnes de collecte de céréales et oléagineux

- 12e rang national (en comptes sociaux)



Coréa Poitou-Charentes :


- 4500 adhérents en Vienne, Deux-Sèvres et nord des Charentes, dont 2000 éleveurs


- Equipement : 81 points de collecte dont 5 en bio ; 58 centres de stockage ; 55 magasins d’approvisionnement


- 262 salariés


- Chiffre d’affaires : 245 millions d’euros ; résultat net : 5,1 millions d’euros


- récolte : 850 000 tonnes

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui