La Vie Charentaise 18 août 2015 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Le cognac René Rivière renaît le 4 septembre 2015

Le 3 septembre, la maison de négoce Martell fête ses 300 ans en grande pompe. Tout au long de cette année, Hennessy célèbre aussi ses 250 années d’existence. Mais sait-on que dans un hameau retiré de Saint-Sulpice-de-Cognac, un autre anniversaire exceptionnel sera lui aussi célébré le 4 septembre… Ce jour-là aura lieu l’inauguration (sur invitation) de l’espace Héritage Angevain-Rivière-Vidal et la présentation d’un cognac centenaire « Grand Hommage » à la mémoire de René Rivière, mobilisé pour la grande guerre en 1915.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un chai de famille assez extraordinaire.
Un chai de famille assez extraordinaire. - © Fabienne Lebon

« Il n’est de vrai trésor que s’il est partagé ». C’est ainsi que débute l’invitation de Jean-Jacques Vidal à venir découvrir son nouvel espace d’exposition à Saint-Sulpice de Cognac dédié à la grande guerre. Jusque-là, rien de plus normal pour cet ancien prof d’histoire-géo d’un lycée privé de Cognac. Ce que l’on sait moins, c’est que ce nouveau lieu d’exposition   va aussi servir d’écrin à la présentation d’un très vieux cognac des Borderies, issu « du chai de famille », comme le confie Jean-Jacques Vidal. Un Paradis où dorment 12 barriques de très vieux cognac, marquées de dates chargées d’histoire (1910, 1912, 1914…) par celui qui en a récolté le raisin, René Rivière, le grand-père de Jean-Jacques Vidal.  « Ces fûts du début du siècle proviennent de  l’héritage de ma mère, Marie-Madeleine Vidal, épouse d’un vétérinaire qui a continué, en pluriprofessionnel, l’activité des vignes et de la distillation en tant que bouilleur de cru, jusqu’à sa mort en 1980. Je pense que c’est elle qui, inconsciemment, m’a poussé à mettre en valeur ce cognac. Je l’ai fait par devoir de mémoire envers mes aïeux » raconte Jean-Jacques Vidal. Le professeur en retraite va jusqu’à prendre des cours de dégustation et se lance, « comme on compose une symphonie », dans l’élaboration de trois séries de cognac : XO, vieille réserve et très vieille réserve.

 

Dans la petite réserve personnelle de Jean-Jacques Vidal, on trouve même quelques bouteilles de cognac hors d’âge datées de 1898 !
Dans la petite réserve personnelle de Jean-Jacques Vidal, on trouve même quelques bouteilles de cognac hors d’âge datées de 1898 ! - © Fabienne Lebon

Grand Hommage

Le cognac exceptionnel qui sera présenté le vendredi 4 septembre 2015 dans l’espace Héritage Angevain-Rivière-Vidal, le septuagénaire l’a, bien sûr, baptisé : Grand Hommage. Hommage à la famille Angevain-Rivière qui a marqué de son empreinte ce territoire viticole des Borderies et hommage tout particulier à René Rivière (1885-1969), le vigneron parti à la grande guerre. En août 1915, alors âgé de 30 ans, il reçoit son appel à mobilisation pour rejoindre le 107e régiment d’infanterie d’Angoulême. Direction : l’Italie où aura lieu la fameuse bataille du Piave. Blessé, René Rivière sera démobilisé en 1919.

Historien dans l’âme, Jean-Jacques Vidal a décidé de conter l’histoire de cet aïeul. « Je me souviens encore lorsque grand-père racontait les joyeuses ripailles, le paillou qui concluait les vendanges ou évoquait les odeurs des chais mêlées aux doux parfums d’automne, écrit-il. Plus que quiconque il savait décrire la douce chaleur des alambics alors que l’hiver sévissait lorsque les gens du hameau se rassemblaient dans la distillerie pour la veillée. C’est lui encore qui savait faire apprécier la liqueur ambrée qu’il offrait à l’ami dans l’intimité d’une soirée au coin du feu ou, plus solennellement, pour les fêtes de famille ». Ce « témoignage-hommage » plein de poésie a été couché sur un livret de 50 pages, qui accompagnera le coffret du cognac « Grand Hommage ». Car à cognac d’exception, il fallait un flacon et un coffret à la hauteur. Pour ce qui concerne les carafes, Jean-Jacques Vidal a carrément acheté auprès d’un antiquaire un lot complet de 200 flacons, décorés d’une fleur de lys soufflée à la bouche. Le coffret en bois sort, lui, directement des ateliers d’ébénisterie Drevelle à Cognac. Un ensemble estimé à 2850 euros HT, qui ne sera pas en vente le 4 septembre à l’attention des soixante happy few, invités à l’inauguration. « Non, ce jour-là est dédié au vernissage de l’exposition autour des souvenirs de guerre de René Rivière. Le musée sera adossé à un lieu d’exposition sur le cognac. L’architecte, à qui j’ai confié les travaux, m’a proposé d’aménager un parcours découverte autour de la fabrication du cognac, avec une table pédagogique. L’exposition s’ouvrira aussi sur un show-room de dames-jeannes », raconte le retraité à « l’enthousiasme sans limite ». Fin août, il organise une cousinade pour ouvrir les festivités et présenter à tous les membres de sa famille, proches ou éloignés, l’Héritage Angevain-Rivière-Vidal. L’occasion de retrouver d’autres « Rivière », notamment ceux qui viennent tout juste de céder la maison AE Dor à la coopérative Charentes Alliance !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui