La Vie Charentaise 14 janvier 2016 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

"Label Autruche" assure sa pérennité

Relève assurée pour Pierre Hitier, qui passe peu à peu le relais de son élevage d’autruches de Salles d’Angles à Emmanuel Jachna, 37 ans et nouveau venu en agriculture. Un passage de témoin qui s’est concrétisé lundi 11 janvier 2016 par la création de la SARL Autruches Cognac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Transition en douceur entre Pierre Hitier (à droite) et Emmanuel Jachna (à gauche).
Transition en douceur entre Pierre Hitier (à droite) et Emmanuel Jachna (à gauche). - © Fabienne Lebon

Si l’élevage d’autruches a suscité plusieurs tentatives de création d’atelier en Charente, peu ont réussi à tenir. Celui de Pierre Hitier, ancien vétérinaire, perdure depuis 1999. En ayant tourjours su se renouveler : vente de viande fraîche sous vide ou en conserves, puis création d’une ligne de cosmétiques et même de maroquinerie. On comprend donc que cette année encore, le programme des Distilleries en fête mette largement en avant cette exploitation viticole, associée à un élevage atypique à Salles d’Angles. D’autant que Pierre Hitier, 75 ans, a assuré l’avenir de son élevage en en confiant une partie des rênes à Emmanuel Jachna. Le nouveau venu en agriculture n’est pas un inconnu de la famille Hitier, puisqu’ami d’enfance d’Henri, fils de Pierre Hitier. Les trois se retrouvent associés depuis lundi dernier au sein de la SARL Autruches Cognac. Un nouveau cap pour Emmanuel Jachna, 37 ans, après un parcours professionnel mené dans l’industrie. Sa reconversion dans l’élevage d’autruches a commencé aux côtés de Pierre Hitier il y a un an. Avec un statut de salarié agricole à temps partiel. « J’avais envie de me relancer professionnellement et de me trouver un nouveau challenge », explique E. Jachna. Entre le travail quotidien sur l’exploitation et la tenue des marchés parfois le week-end, ce père de famille est conscient de ne pas avoir choisi la facilité. A ses côtés, Pierre Hitier se dit « chanceux » d’avoir trouvé un producteur motivé. Pour couler une retraite tranquille ? L’ancien conseiller général ouvre de grands yeux : « Non merci, sans successeur pour l’élevage, je me serai lancé dans autre chose ! » On lui suggère le téléachat, si l’on s’en tient à sa prestation plutôt réussie face aux caméras de l'émission Télématin, en décembre dernier !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui